1/8

Miss Kiss

L’expérience de la liberté

Jean-Christophe Cholet, piano

Vincent Mascart, saxophones

Quentin Cholet, batterie

L’ADN de ce trio est celui d’une musique qui fait exister l’instant. L’instant où tout est possible, où chacun se nourrit de l’autre en offrant ce qu’il est. Singulier par sa constitution, piano, saxophone, batterie, effaçant toutes les barrières même celles entre les générations, l’initiative consiste précisément à laisser une musique se déployer, dans une exacte, puissante et subtile conjonction d’énergies. Après déjà et seulement cinq ans, mais plus de cent concerts, MISS KISS est la nouvelle incarnation de ce partage de liberté musicale. Peu importent les codes et les frontières, Jean-Christophe Cholet, Vincent Mascart et Quentin Cholet semblent n’avoir jamais fini de se découvrir, de s’entendre, de se laisser être. La spontanéité radicale, scrupuleuse, aussi légère que profonde, imprime chaque instant de cette musique qui n’entre dans aucune case mais les remplit toutes.

"On apprécie l’alchimie complexe mais fort équilibrée qui règne entre les musiciens. Il en découle un alliage sonore hors norme, traversé des fureurs incandescentes de la batterie, des envolées furieuses du ténor, des sons distordus du soprano et des phrasés oniriques du piano. Un jazz audacieux profilé comme une toile d’Art Contemporain." Latins de Jazz (décembre 2021)

"Une musique ouverte, libre, qui regarde aussi du côté des langages de la musique dite contemporaine, celle née au début du vingtième siècle dans la sphère des 'musiques savantes européennes', et qui a déployé ses métamorphoses jusqu'à ce jour." Xavier Prévost, Les DNJ (janv 2021)

 

« Chaque fois que j’ai entendu sa musique, je l’ai trouvée excellente, et c’est encore le cas ici. Elle relève toujours d’un ouvrage parfait. (…) Jean-Christophe Cholet est une figure d’importance dans le paysage hexagonal. Un fait que ce nouvel album confirme un peu plus. » Ludovic Florin, Jazz Magazine  (juin 2017)


« Superbe son de trio. Quand on entend cette élégance, on pense évidemment à quelques autres pianistes délicieux comme Richie Beirach ou Kenny Baron, avec qui Jean-Christophe a étudié dans sa jeunesse. » Alex Dutilh, Emission « Open Jazz » sur France Musique (mai 2017) 
 
« Un élégant album qui propose plusieurs remarquables morceaux : parmi eux, Xingang Road , Petithomme ou Lili, qui ouvre le bal et qui, pour le coup, évoque Mehldau dans l'exposition du thème. » Louis Victor Michaud, Jazz News (juin 2017)